mercredi 2 août 2017

La Sirène, de Kiera Cass



Éditeur : PKJ.
Date de parution : 22 septembre 2016
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 342
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?
 


_______________________________

Ma note : 7,5/10

_______________________________

Mon   avis :

Cela fait déjà quatre-vingts années que Kahlen sert l'Océan : entre les naufrages qui la poussent dans un désespoir teinté de culpabilité et les difficultés qu'elle éprouve à s'adapter aux changements des siècles, cette existence lui convient de moins en moins. S'éteignant dans le souvenir des souffrances et de la mort qu'elle inflige aux autres, Kahlen s'isole de ses sœurs-sirènes qui ne savent comment lui redonner le goût de la vie. Pourtant, sa route finit par croiser celle d'Akinli, un étudiant fantaisiste qui parvient à rendre son silence éloquent et sait voir au-delà de sa beauté surnaturelle. Une rencontre pourrait-elle tout changer ? Et n'est-ce pas un faux espoir que de succomber au seul désir que l'Océan lui interdit ?


Bien que grande adepte du fantastique, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas plongée au cœur d'un mythe aquatique. Cela est désormais chose faite grâce à ce roman de Kiera Cass que vous connaissez peut-être davantage pour sa saga "La Sélection", qui jouit d'un certain succès depuis quelques années. Pour ma part, je me suis immergée avec plaisir dans "La Sirène" et je dois admettre que ça a été une agréable lecture !

Ce roman en one-shot revisite le mythe des sirènes de façon ingénieuse : il sait conserver l'identité de ces femmes des mers à la beauté exceptionnelle et au chant mortel, tout en lui donnant des traits contemporains. Voir des sirènes muettes surfer non pas sur les vagues mais sur internet ou encore aller en boîte pour se distraire et s'amuser à faire tomber des jeunes hommes dans leurs filets n'a donc rien d'étonnant.
Le premier chapitre au goût d'introduction pose immédiatement le décor, le sort de ceux qui croisent ces créatures surnaturelles ne sera pas différent dans cette version de la légende : ils mourront dans les flots tandis que la voix mélodieuse des sirènes les attirera à Elle. Elle, c'est l'océan, la mer, les rivières, la neige,... Et plus que tout, Elle a besoin de se nourrir de vies humaines pour pouvoir en sauvegarder des milliers d'autres. Pour cette sinistre besogne, Elle métamorphose en êtres de légende des jeunes filles qui auraient dû mourir noyées. Le contrat est simple, clair : en échange d'une nouvelle vie, toutes ces jeunes recrues acceptent de donner cent années à Son service. Pour de nombreuses jeunes filles, le choix est énoncé dans la question qui se résume pour elles à "vivre ou mourir" (telle est la question !).
C'est ainsi que Kahlen est devenue une sirène et que nous la retrouvons après quatre-vingts années de naufrages qui rongent son esprit, font pleurer son cœur et la dévorent de culpabilité. Avec les trois sœurs-sirènes, elles forment un groupe hétérogène qu'on suit avec plaisir. Miaka et Elizabeth peuvent se montrer futiles, mais cela participe à les rendre plus humaines et donc attachantes. Quant à la troisième, elle est tout d'abord incarnée par Aisling qui finira de payer sa dette et pourra commencer une nouvelle vie sans aucun souvenir : c'est sans doute le personnage secondaire que j'ai préféré avec son secret si lourd à porter, la scène au cimetière est particulièrement belle... Sa simplicité en fait un moment très touchant. Enfin, Padma avait un énorme potentiel qui est malheureusement gâché par une résolution fade et expédiée de cet amour parricide qui la poussera à chercher la vengeance.

Car oui, "La Sirène" est avant tout une histoire d'amours avec un grand "S". L'amour entre sœurs, l'amour maternel, l'amour de l'âme-sœur,... Tous s'entremêlent, se croisent, tentent parfois de se comparer, s'ignorent puis se jalousent avant de transcender ceux qui les éprouvent. C'est cruel parfois. C'est beau souvent. Les sentiments sont nuancés : amour doux, amour protecteur, amour envahissant, amour destructeur, amour vengeur, amour infini. On passe par l'arc-en-ciel des couleurs de ce sentiment et, sans s'en rendre compte, Kahlen les éprouvera tous avec plus ou moins de passion. Même si cela est plutôt réussi dans l'ensemble, je regrette qu'on n'ait pas eu le droit à des émotions plus brutes, moins raisonnées et rationalisées par l'héroïne. 

C'est finalement le point noir global de ce récit...
De la même façon, on y trouve des scènes trop convenues qui viennent gâcher l'ensemble. En effet, même s'il évite la classique scène de la révélation des pouvoirs (j'ai failli faire péter le champagne quand j'ai compris qu'on n'y aurait pas le droit ! J'étais si contente qu'on ne tombe pas dans le cliché à la Edward/Bella, Stefan/Elena, Jace/Clary, Evan/Cassie, et je pourrais continuer longtemps... bref dans le cliché de la romance surnaturelle en YA), on n'échappe pas pour autant au pouvoir du "hasard qui fait bien les choses" ! Sauf que là, il fait "trop bien" les choses à mon goût : les retrouvailles entre Kahlen et Akinli en milieu de roman illustrent parfaitement ce propos. La mise en place est pitoyable, Kahlen arrive comme le cheveu sur la soupe (ou comme une sirène sur une plage, au choix) sans savoir comment elle a échoué là, pile au moment où Akinli se trouvait à cet endroit précis du globe (sans aucune raison, sorti lui aussi du chapeau magique tel le lapin du magicien)... La suite concernant cette histoire d'amour n'est pas plus cohérente (tout comme le comportement de ce mec trop parfait qui, de fait, a le charisme d'une huître...qui sait c'est peut-être ça qui fait chavirer le cœur de la femme-poisson). C'est bien dommage car cet amour naissant respirait l'innocence de la fin de l'adolescence qui change peu à peu face au poids de la vie adulte à laquelle on tente d'ajouter des touches de fantaisie.


En conclusion, j'ai pris du plaisir à lire ce roman YA qui revisite et modernise le mythe des sirènes. Une vraie lecture détente, sans prise de tête puisqu'on y trouvera aucune intrigue alambiquée ni relation complexe entre les personnages. En effet, même si l'ambition de ce récit semblait être l'exploration d'un camaïeu de sentiments et d'émotions, celle-ci reste en surface, notamment car certaines sous-intrigues sont expédiées à vitesse grand V. Il en va de même pour l'explication finale que j'ai relu à deux fois et que je ne suis toujours pas certaine d'avoir tout à fait comprise... Bref, de bonnes idées, certaines abouties, d'autres non. Cependant, "La Sirène" demeure un excellent roman pour bien commencer l'été et les vacances, avec son parfum salé de sable parsemé d'écume.



Points positifs :
  • Un mythe modernisé sans en altérer l'essence.
  • Un beau pied-de-nez aux traditionnelles romances YA qui éclipsent tout le reste. 
  • Un beau camaïeu de tous les amours qui peuvent nous animer et nous consumer.

Points négatifs :
  • Des scènes trop convenues. 
  • Des dialogues peu naturels. 
  • Une romance qui n'a aucune crédibilité et dont tous les passages manquent de cohérence. 
  • Une expédition rapide de certains passages, comme si l'auteur n'avait su comment s'en dépêtrer.  


Ouvrage lu dans le cadre du Challenge "Créatures fantastiques" de Juillet 2017, de Mort Sûre.




3 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé la saga La Sélection à sa sortie et j'appréhende un peu ce livre, la peur de la déception me retient. Mais d'après ta description ça me semble une parfaite lecture d'été alors je pense que je vais me lancer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu es tentée, alors jette-toi à l'eau !
      Ce n'est pas un roman parfait, loin de là puisqu'il manque de profondeur (un comble pour l'Océan qui devrait nous entraîner dans les abysses) et qu'on assiste à un récit assez lent en raison du thème principal qui joue sur l'aspect psychologique plus que sur l'action. Toutefois, c'est léger et la plume de l'auteur est agréable. En plein été, c'est souvent tout ce dont on a besoin.
      En tout cas, n'hésite pas à repasser pour me donner ton avis !

      Supprimer
  2. Très bel avis sur ce livre . Un fantastique qui a tendance à me donner envie de le lire . Peut être que... , faudrait juste me trouver un petit coin de sable.☺
    j'ai hâte demain pour continuer à découvrir ...la nouvelle 'plume'.

    RépondreSupprimer