lundi 19 juin 2017

Le baiser de la déesse, de Aprilynne Pike



Éditeur : PKJ.
Date de parution : 16 février 2017
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 330
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Quand pour sauver l’humanité, la seule chose à faire est de trahir la personne qu’on a de plus chère…
Tavia Michaels a miraculeusement survécu à un terrible crash qui a emporté ses parents. Mais peu de temps après l’accident, d’étranges événements se produisent… Qui est ce jeune homme d’un autre temps qui lui apparaît en rêve ? Et pourquoi peut-elle tout à coup faire surgir des objet comme par magie ?
L’accident l’a-t-il transformée plus qu’elle ne l’aurait imaginé ? En cherchant des réponses à ces questions, Tavia va découvrir que son passé cachait des mystères aussi incroyables qu’inquiétants…
 


_______________________________

Ma note : 7/10

_______________________________

Mon   avis :

Après avoir survécu à un accident d'avion qui a coûté la vie à ses parents, Tavia doit s'adapter à sa nouvelle vie et aux séquelles inévitables du traumatisme. Comme si cela n'était pas assez compliqué, elle se met à apercevoir un jeune homme énigmatique pour lequel elle éprouve une attirance magnétique et commence à manifester des aptitudes surnaturelles. Les doutes sur ceux qui l'entourent s'accumulent, les secrets aussi... Bien décidée à découvrir la vérité sur elle-même, Tavia se lance dans une quête qui la conduira au cœur de mythes antiques.


Roman reçu en service-presse, je remercie le forum Mort Sûre ainsi que les éditions Pocket Jeunesse de m'avoir permis de me plonger dans cette récente sortie au goût mythologique.

J'avais repéré ce livre dès sa publication, dans une grande librairie strasbourgeoise. Séduite par sa couverture aux accents orientaux qui a de quoi susciter la convoitise, la quatrième m'a rebutée : deux erreurs orthographiques dans les dix lignes qui sont censées vous donner envie de lire un roman, très peu pour moi ! La peur que le reste du texte soit du même acabit m'a fait tourner talons, à tort. Si vous êtes comme moi une maniaque de l'orthographe, n'ayez crainte : le reste du récit ne souffre pas du même mal que le texte d'accroche.

Maintenant que ce détail est dit, passons à l'essentiel : le récit en lui-même ! Je m'y suis plongée sans à priori concernant l'auteur, n'ayant jamais lu les livres de sa précédente saga, "Wings".

Pour une fois, on a une situation initiale qui dénote : le schéma de l'héroïne lisse dont la vie parfaite est bouleversée par un élément perturbateur soudain ne s'applique pas. En effet, Tavia a vécu des évènements qui l'ont heurtée à jamais et la façonnent. Seule rescapée d'un crash d'avion dans lequel elle a vu mourir ses parents, elle a subi de lourdes opérations et, même après une longue période de réadaptation, elle souffre encore des séquelles physiques et psychologiques. Nous la rencontrons donc dans un contexte difficile entre deuil, tentative de trouver sa place dans sa nouvelle vie chez un oncle et une tante qu'elle ne connaissait pas avant la tragédie et l'obligation de ne parler à personne de l'accident pour éviter l'engouement médiatique. Tavia est un personnage que j'ai vraiment apprécié, sa force de caractère la rend attachante. Second personnage de premier plan, son meilleur ami Benson m'a tantôt laissée indifférente, tantôt m'a clairement énervée tant il avait cette capacité à rendre Tavia banale... Le triangle amoureux qui se profile à l'horizon dès les premiers chapitres n'y est pas pour rien.

Avec les apparitions de Quinn, un jeune homme élégant d'un autre temps, qui viennent se mêler à la découverte de pouvoirs surnaturels - j'ai souri à la scène de la création de Labello à volonté, il fallait oser mais c'était tellement simple que ça sonnait plutôt juste ! -, on est rapidement emporté dans l'histoire ! Les évènements s'enchainent au fil des pages, mais ne font à chaque fois que peu avancer les choses... Cela est dû aussi bien aux réactions extrêmes et difficilement compréhensibles qui nous font revenir sur nos pas à plusieurs reprises, qu'aux deux organisations qui traquent la jeune femme et dont les objectifs ne sont pas clairs, notamment pour la Reduciata qui a part être l'antagoniste principale ne livre rien de ses motivations. Le méfait dont on la soupçonne fortement me laisse d'ailleurs perplexe et je me demande si sa raison nous sera expliquée dans un prochain tome ou si c'est en réalité une simple excuse pour la rendre plus détestable et soutenir l'intrigue. Cette tendance au flou et à la cadence en mode "reculer pour mieux avancer" complique inutilement l'avancée ! Heureusement qu'on se prend au jeu de la quête au point que la lecture devient addictive si bien qu'on en pardonne les allers-retours jusqu'à la révélation.

A ce sujet et en adoratrice de la mythologie égyptienne, je ne pouvais qu'y succomber. Oublions les créatures surnaturelles habituelles pour faire place aux dieux et déesses, un très bon point ! Toutefois, la richesse qui aurait pu naître de ce récit au goût de légende perdurant à travers les siècles n'est pas assez exploité au profit du triangle amoureux vu et revu, totalement artificiel. Le pire étant qu'il se hisse rapidement sur le devant de la scène pour ne plus la quitter et cela au détriment de ce monde de mystères oubliés.

Enfin, le rebondissement concernant un des principaux personnages est beaucoup trop prévisible. Je l'avais vu venir assez tôt... Bref, c'est raté pour le sursaut narratif ! Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir si contrairement à moi vous ne faisiez pas le lien.

Quant à la fin, elle m'a laissée sur ma faim ! La lectrice que j'étais attendait cette scène et tout ce qu'elle provoquerait avec curiosité et celle-ci se retrouve dans les dernières pages... Ne me reste que ma frustration mêlée d'impatience de pouvoir lire le prochain tome !


En conclusion, "Le baiser de la déesse" se pose clairement comme un tome introductif. Premier de la saga des "Terraliens", il met bien en place les forces en présence et nous permet de découvrir les personnages qui seront mis en scène par la suite tout en laissant une part d'ombre subsister sur deux d'entre eux qu'ils nous tardent dès lors de mieux connaître. Cependant et malgré le périple que nous vivons aux côtés de Tavia, j'ai été déçue qu'elle fasse un pas en avant pour en faire deux en arrière. Je quitte cette lecture avec un sentiment partagé, heureuse de m'être imprégnée d'un parfum antique mais déçue que l'histoire ait réellement commencé quand j'ai tourné la dernière page. Cela aura au moins un avantage : me donner une folle envie de lire la suite !



Points positifs :
  • Une héroïne attachante, naturelle et battante.
  • Un univers original, qui saura attiser la curiosité de tous les passionnés de mythologie.
  • Une écriture simple, vraie et qui permet une lecture fluide.

Points négatifs :
  • Un récit qui ne parvient pas à se défaire des codes classiques et rongés jusqu'à l'os des romans young adult.
  • Un triangle amoureux qu'on voit venir à des kilomètres à la ronde...
  • Une intrigue qui avance peu, tourne en rond et un background qu'on attend impatiemment alors qu'il est finalement peu développé.




Ouvrage lu dans le cadre du Challenge "Suite de séries" de Mort Sûre





C'est lundi, que lisez-vous ? [n°11]

Enfin en vacances depuis la semaine dernière, je suis passée en mode serial-lectrice ! Voici mes premières victimes !


Mes lectures actuelles :

Je crois que je ne me serai pas aventurée dans cette lecture avant un sacré bout de temps si je ne le faisais pas pour remplir un challenge ! 
Pour l'instant, je vais éviter de me prononcer tant je bouillonne... J'ai cru rêver quand j'ai lu les premières pages : des phrases entières sont des purs "copier/coller" de "Fascination". Certes, il s'agit d'une réécriture du premier tome de la saga "Twilight" mais à ce stade peut-on parler d'une nouvelle œuvre ?





La semaine passée, j'ai lu : 


Bien qu'il m'avait sévèrement fait de l’œil lors d'une visite à la librairie peu après sa sortie, j'avais résisté à la tentation... C'est sa réception en service-presse qui m'aura finalement permis de découvrir ce roman YA flirtant avec la mythologie. Une très bonne lecture pour commencer mes vacances ! La chronique arrivera dans la journée !






On ne sort pas indemne de cette lecture... Elle m'a tantôt glacée, tantôt choquée mais souvent touchée... Il est impossible de la qualifier de "belle histoire" tant le sujet traité est terrible, mais il est à classer parmi les romans qu'il est impossible d'oublier. Une perle qui est mon second coup de cœur de l'année.







* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?



jeudi 15 juin 2017

Nightfall, de J. Halpern et P. Kujawinski



Éditeur : PKJ.
Date de parution : 6 avril 2017
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 320
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Sur l'île de Bliss, quatorze années de Nuit vont bientôt succéder à quatorze années de Jour. 
Les habitants se préparent à abandonner leurs maisons, mais Marine, Kana et Liam ne croient pas aux légendes de leurs parents. Ils décident de rester dans le village. 
Alors que la Nuit les enveloppe, ils découvrent avec horreur qu'ils n'auraient vraiment pas dû... 
 


_______________________________

Ma note : 6/10

_______________________________

Mon   avis :

Et si la succession du Jour et de la Nuit n'était pas la même que celle que nous connaissons ? Et si nous vivions quatorze années de soleil pour sombrer dans quatorze années d'obscurité ? C'est cet étrange rythme auquel sont soumis les habitants de l'île de Bliss qui, après un cycle de Jour, voient le soleil décliner à l'horizon.
Alors que le crépuscule touche à sa fin et que le froid de la Nuit guette la côte, assombrissant les demeures et rendant la forêt plus inquiétante que jamais, tous se préparent à quitter l'île pour gagner les Terres Désertiques où ils resteront jusqu'au retour des beaux jours. Malheureusement, les préparatifs de leur départ ne se passent pas bien pour tout le monde et qu'arriverait-il si des personnes demeuraient sur l'île durant la Nuit ? 


Voici un roman que je n'avais absolument pas prévu d'acquérir, mais dont la quatrième de couverture a su éveiller ma curiosité avec son jeu sur le rythme nycthéméral ! Cette alternance, entre un Jour qui n'allait sans doute pas durer très longtemps puis une Nuit qui paraîtrait infinie à nos héros, m'a laissé penser que ce livre allait nous proposer un univers horrifique et j'adore ce genre de proposition... La curiosité l'a donc emporté sur l'étiquette "jeunesse".

La devise de ce livre pourrait être : faisons les choses vite, faisons les choses bien. En effet, dès les premières pages, point de répit ! On fait directement connaissance avec les personnages principaux, leur singularité et leur passé commun, notamment à travers les souvenirs d'un évènement qui les a marqués et qui aura une incidence cruciale par la suite. Entre Marine, Kana et Liam, chacun parvient à trouver sa place dans le trio. Kana est sans nul doute celui qui a le plus retenu mon attention et le seul que j'ai trouvé attachant, avec son caractère posé et son aveuglement pendant le jour qui disparaît une fois la nuit tombée. Ce personnage aurait pu être une ressource exceptionnelle de thèmes intéressants à traiter : celui de l'amitié - jouant sur son statut entre les deux autres héros, ami de l'un et frère de l'autre -, celui du handicap quand sa sœur devait le guider sous le soleil aveuglant, celui de la différence quand les changements surviennent et risquent de le laisser en marge,... Malheureusement, on reste en surface et le trio peine à gagner en profondeur. 

A mon sens, l'univers souffre du même mal. Sa présentation est intrigante. Avant que le Jour n'arrive à son terme et que les habitants rejoignent des bateaux qui les emmèneront sur les Terres Désertiques, tous s'emploient à ranger leur demeures de manière méthodique, en respectant des règles étranges sans savoir réellement pourquoi. On est avide d'en savoir davantage et c'est là où le bât blesse : nous n'aurons qu'une explication globale sans détails, même lorsque le puzzle se mettra en place plus tard. Il y a toutefois un bénéfice indéniable : ce flou crée rapidement une ambiance pesante qui ne fait que s'accroître une fois l'obscurité angoissante de la Nuit arrivée. La survie prend le dessus, les instincts également lorsque des bruits inquiétants se font entendre ou qu'une ombre se dessine à peine dans le flot de noirceur qui englobe l'île de Bliss. Le jeu sur la peur du noir, aussi vieille que l'humanité, frôle le frisson, même si on ne sombre jamais dans l'horreur. Personnellement, je n'ai jamais frémi durant ma lecture - je suis habituée à des récits bien plus terrifiants -, mais le public visé, plus jeune, y trouvera son compte.

Un rythme soutenu est conservé tout au long du roman, sans s'essouffler. Des chapitres courts et une écriture simple - trop épurée à mon goût - sont la clef de cette dynamique ponctuée de rebondissements qui n'en sont pas, tous terriblement prévisibles... Les particularités de chaque protagoniste et de l'univers ne sont pas suffisamment utilisées et, lorsqu'elles servent le déroulement de l'histoire, leur mise au premier plan est tellement évidente qu'elle gâche l'effet de surprise des révélations. Pas une seule ne m'aura fait hausser un sourcil : soit je suis trop perspicace, soit il y a vraiment un souci !

Quant à la fin, on n'aurait difficilement pu faire plus ouvert. Peut-être un second tome viendra-t-il nous éclairer sur la suite du voyage de nos héros. Après tout, nous savons si peu de choses sur les Terres Désertiques citées maintes fois qu'un nouvel opus pourrait mettre en lumière cette ailleurs au parfum de mystères.


En conclusion, ne vous aventurez dans "Nightfall" que si vous le faites en toute connaissance de cause et en acceptant de le prendre pour ce qu'il est : un roman jeunesse. S'appuyant sur des zones d'ombre et des peurs primaires pour flirter avec le genre de l'horreur sans jamais en franchir la frontière, ce récit fluide à l'atmosphère lourde plaira aux jeunes adolescents.




Points positifs :
  • Un univers avec une idée de fond séduisante qui aurait mérité d'être davantage exploitée.
  • Un trio équilibré.
  • Une lecture fluide.
  • Une histoire peu terrifiante, mais parfaite pour initier une lecture du genre chez des adolescents.

Points négatifs :
  • Des personnages trop peu fouillés, ce qui malgré des caractères initiaux prometteurs les rend lisses et banals.
  • Les zones d'ombre sont légion et participent à la fragilité de l'univers.
  • Absolument aucune once de terreur ou d'horreur comme peu le suggérer la quatrième de couverture. 
  • Un manque de profondeur global qui donne l'impression de rester en surface sans jamais toucher les thèmes essentiels dont les auteurs sèment pourtant les germes au fil des pages.




Ouvrage lu dans le cadre des Challenges de Mort Sûre




vendredi 9 juin 2017

Passionnés de fantasy, et si vous vous laissiez tenter par ce MOOC ?

Aujourd'hui, je vous propose un article un peu particulier: point de chronique ni de bilan de lecture à l'horizon et encore moins de challenge ! Ce dont je voudrais vous parler, c'est d'un MOOC que je suis depuis le début du mois dernier et qui est une mine d'or pour tous les adorateurs de fantasy. 

Mais, vous allez me dire, qu'est-ce que c'est donc qu'un MOOC ? Pour ceux qui ne connaissent pas cette merveille, il s'agit de l'abréviation utilisée pour désigner les formations en ligne ouvertes à tous et, la plupart du temps, entièrement gratuites. Excellent moyen de se cultiver tout en restant dans son salon, il en existe sur une multitude de sujets différents : sciences, économie, droit, histoire et même littérature ! Bref, la connaissance à portée de clic !

En apprenant que cette année se tiendrait la dernière session du MOOC fantasy, je n'ai su résister à faire partie du voyage. Entre les sagas "Harry Potter", "Le Seigneur des anneaux", "Narnia", "A la Croisée des mondes", mais aussi celle à la fois littéraire et télévisuelle du "Trône de fer", ainsi que tous les autres romans et innombrables séries de ce genre que j'ai dévorés, je ne pouvais pas passer à côté d'un approfondissement du sujet !

Ce sont des professeurs de l'Université d'Artois qui dirigent ce cours comptant cinq modules qui œuvrent à faire le tour de ce genre particulier et à en appréhender les origines ainsi que les mécanismes spécifiques. Vous étudierez donc son histoire, sa place dans les médias, les univers fantasy pour la jeunesse, le lien entre le moyen-âge et la fantasy et enfin la dark romance. 

En lectrice et cinéphile passionnée, je suis enchantée par la qualité  de ces cours, tout bonnement excellents ! De plus, allant du simple tour d'horizon généraliste aux cursus beaucoup plus spécialisés, les trois parcours proposés permettent à chaque participant d'adapter la formation à ses disponibilités.


Je vous laisse découvrir la bande-annonce de ce MOOC :




Alors, êtes-vous tenté de rejoindre cette quête ? 

Si tel est le cas, ne tardez pas ! Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 20 juin 2017 seulement.


lundi 5 juin 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°10]

Une nouvelle semaine qui commence une nouvelle fois par un jour férié. Même si celui-ci n'a pas vraiment été "littéraire", mais plutôt cinéphile - avec "Pirates des caraïbes : la vengeance de Salazar" devant lequel j'ai passé un bon moment, même si l'histoire était prévisible à souhait et trop artificielle avec sa volonté clairement affichée de se poser en blockbuster de fin de printemps (toutefois mention spéciale à Javier Bardem dont l'interprétation époustouflante m'a laissée scotchée) -, je ne résiste pas à l'envie de vous parler de mes lectures !



Mes lectures actuelles :



Voici une lecture qui ne correspond pas réellement au type de romans que j'ai l'habitude de lire, pourtant il me semble que j'avais besoin d'une parenthèse avec une lecture plus rude, percutante et douloureuse. Le thème abordé est clairement difficile : un jeune de dix-neuf ans assassine son père, mais cela ne s'arrête pas là. On nous emmène à l'origine de ce crime. Ce récit écrit avec tact interpelle et glace, j'arrive bientôt à la fin et je pense ne pas ressortir indemne de cette lecture.





La semaine passée, j'ai lu : 


Il m'aura fallu du temps pour enfin refermer ce roman qui me laisse une impression en demi-teinte... J'ai beaucoup apprécié le sujet qui a bénéficié d'un soin particulier dans l'écriture. Touchée par l'histoire de cette héroïne forte et attachante qu'on apprend à connaître au fil des pages, il m'a néanmoins manqué un petit quelque chose pour réellement savourer ce récit original.







Après "Avengers : La séparation" et  "House of M", j'ai donc continué mon aventure dans "Civil War" ! Je suis actuellement au tome 2 et l'article de présentation de l'univers des comics verra donc le jour à la fin de ma lecture de ce crossover !









* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?