lundi 10 juillet 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°12]

Les vacances sont finies depuis plus d'une semaine déjà et cela se voit bien trop à mon goût dans mon rythme de publication !

Bien que je ne sois pas trop plongée dans des romans actuellement, mais plutôt dans des livres traitant de la médiation animale, je ne résiste pas à l'envie de vous faire part de ma lecture en cours qui est réellement une très bonne surprise pour le moment et relève le niveau après la copie sans âme de "Fascination" qui l'a précédée.



Mes lectures actuelles :

J'avais peur de me confronter à une lecture où le thème de la mort serait traité de manière insouciante et pour l'instant, je suis agréablement surprise de cet ouvrage, d'autant plus alors qu'il s'agit d'un roman YA. Reste à savoir si mon enthousiasme se confirmera au fil des pages !








La semaine passée, j'ai lu : 


Honteux de vendre cette copie de "Fascination"... Il aurait très bien pu être un exercice de réécriture proposé à des élèves de fin de primaire... Franchement, je n'arrive pas à trouver une raison d'exister à ce roman si ce n'est l'appât du gain en publiant un nouvel ouvrage sous la franchise "Twilight".







* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?



lundi 19 juin 2017

Le baiser de la déesse, de Aprilynne Pike



Éditeur : PKJ.
Date de parution : 16 février 2017
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 330
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Quand pour sauver l’humanité, la seule chose à faire est de trahir la personne qu’on a de plus chère…
Tavia Michaels a miraculeusement survécu à un terrible crash qui a emporté ses parents. Mais peu de temps après l’accident, d’étranges événements se produisent… Qui est ce jeune homme d’un autre temps qui lui apparaît en rêve ? Et pourquoi peut-elle tout à coup faire surgir des objet comme par magie ?
L’accident l’a-t-il transformée plus qu’elle ne l’aurait imaginé ? En cherchant des réponses à ces questions, Tavia va découvrir que son passé cachait des mystères aussi incroyables qu’inquiétants…
 


_______________________________

Ma note : 7/10

_______________________________

Mon   avis :

Après avoir survécu à un accident d'avion qui a coûté la vie à ses parents, Tavia doit s'adapter à sa nouvelle vie et aux séquelles inévitables du traumatisme. Comme si cela n'était pas assez compliqué, elle se met à apercevoir un jeune homme énigmatique pour lequel elle éprouve une attirance magnétique et commence à manifester des aptitudes surnaturelles. Les doutes sur ceux qui l'entourent s'accumulent, les secrets aussi... Bien décidée à découvrir la vérité sur elle-même, Tavia se lance dans une quête qui la conduira au cœur de mythes antiques.


Roman reçu en service-presse, je remercie le forum Mort Sûre ainsi que les éditions Pocket Jeunesse de m'avoir permis de me plonger dans cette récente sortie au goût mythologique.

J'avais repéré ce livre dès sa publication, dans une grande librairie strasbourgeoise. Séduite par sa couverture aux accents orientaux qui a de quoi susciter la convoitise, la quatrième m'a rebutée : deux erreurs orthographiques dans les dix lignes qui sont censées vous donner envie de lire un roman, très peu pour moi ! La peur que le reste du texte soit du même acabit m'a fait tourner talons, à tort. Si vous êtes comme moi une maniaque de l'orthographe, n'ayez crainte : le reste du récit ne souffre pas du même mal que le texte d'accroche.

Maintenant que ce détail est dit, passons à l'essentiel : le récit en lui-même ! Je m'y suis plongée sans à priori concernant l'auteur, n'ayant jamais lu les livres de sa précédente saga, "Wings".

Pour une fois, on a une situation initiale qui dénote : le schéma de l'héroïne lisse dont la vie parfaite est bouleversée par un élément perturbateur soudain ne s'applique pas. En effet, Tavia a vécu des évènements qui l'ont heurtée à jamais et la façonnent. Seule rescapée d'un crash d'avion dans lequel elle a vu mourir ses parents, elle a subi de lourdes opérations et, même après une longue période de réadaptation, elle souffre encore des séquelles physiques et psychologiques. Nous la rencontrons donc dans un contexte difficile entre deuil, tentative de trouver sa place dans sa nouvelle vie chez un oncle et une tante qu'elle ne connaissait pas avant la tragédie et l'obligation de ne parler à personne de l'accident pour éviter l'engouement médiatique. Tavia est un personnage que j'ai vraiment apprécié, sa force de caractère la rend attachante. Second personnage de premier plan, son meilleur ami Benson m'a tantôt laissée indifférente, tantôt m'a clairement énervée tant il avait cette capacité à rendre Tavia banale... Le triangle amoureux qui se profile à l'horizon dès les premiers chapitres n'y est pas pour rien.

Avec les apparitions de Quinn, un jeune homme élégant d'un autre temps, qui viennent se mêler à la découverte de pouvoirs surnaturels - j'ai souri à la scène de la création de Labello à volonté, il fallait oser mais c'était tellement simple que ça sonnait plutôt juste ! -, on est rapidement emporté dans l'histoire ! Les évènements s'enchainent au fil des pages, mais ne font à chaque fois que peu avancer les choses... Cela est dû aussi bien aux réactions extrêmes et difficilement compréhensibles qui nous font revenir sur nos pas à plusieurs reprises, qu'aux deux organisations qui traquent la jeune femme et dont les objectifs ne sont pas clairs, notamment pour la Reduciata qui a part être l'antagoniste principale ne livre rien de ses motivations. Le méfait dont on la soupçonne fortement me laisse d'ailleurs perplexe et je me demande si sa raison nous sera expliquée dans un prochain tome ou si c'est en réalité une simple excuse pour la rendre plus détestable et soutenir l'intrigue. Cette tendance au flou et à la cadence en mode "reculer pour mieux avancer" complique inutilement l'avancée ! Heureusement qu'on se prend au jeu de la quête au point que la lecture devient addictive si bien qu'on en pardonne les allers-retours jusqu'à la révélation.

A ce sujet et en adoratrice de la mythologie égyptienne, je ne pouvais qu'y succomber. Oublions les créatures surnaturelles habituelles pour faire place aux dieux et déesses, un très bon point ! Toutefois, la richesse qui aurait pu naître de ce récit au goût de légende perdurant à travers les siècles n'est pas assez exploité au profit du triangle amoureux vu et revu, totalement artificiel. Le pire étant qu'il se hisse rapidement sur le devant de la scène pour ne plus la quitter et cela au détriment de ce monde de mystères oubliés.

Enfin, le rebondissement concernant un des principaux personnages est beaucoup trop prévisible. Je l'avais vu venir assez tôt... Bref, c'est raté pour le sursaut narratif ! Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir si contrairement à moi vous ne faisiez pas le lien.

Quant à la fin, elle m'a laissée sur ma faim ! La lectrice que j'étais attendait cette scène et tout ce qu'elle provoquerait avec curiosité et celle-ci se retrouve dans les dernières pages... Ne me reste que ma frustration mêlée d'impatience de pouvoir lire le prochain tome !


En conclusion, "Le baiser de la déesse" se pose clairement comme un tome introductif. Premier de la saga des "Terraliens", il met bien en place les forces en présence et nous permet de découvrir les personnages qui seront mis en scène par la suite tout en laissant une part d'ombre subsister sur deux d'entre eux qu'ils nous tardent dès lors de mieux connaître. Cependant et malgré le périple que nous vivons aux côtés de Tavia, j'ai été déçue qu'elle fasse un pas en avant pour en faire deux en arrière. Je quitte cette lecture avec un sentiment partagé, heureuse de m'être imprégnée d'un parfum antique mais déçue que l'histoire ait réellement commencé quand j'ai tourné la dernière page. Cela aura au moins un avantage : me donner une folle envie de lire la suite !



Points positifs :
  • Une héroïne attachante, naturelle et battante.
  • Un univers original, qui saura attiser la curiosité de tous les passionnés de mythologie.
  • Une écriture simple, vraie et qui permet une lecture fluide.

Points négatifs :
  • Un récit qui ne parvient pas à se défaire des codes classiques et rongés jusqu'à l'os des romans young adult.
  • Un triangle amoureux qu'on voit venir à des kilomètres à la ronde...
  • Une intrigue qui avance peu, tourne en rond et un background qu'on attend impatiemment alors qu'il est finalement peu développé.




Ouvrage lu dans le cadre du Challenge "Suite de séries" de Mort Sûre





C'est lundi, que lisez-vous ? [n°11]

Enfin en vacances depuis la semaine dernière, je suis passée en mode serial-lectrice ! Voici mes premières victimes !


Mes lectures actuelles :

Je crois que je ne me serai pas aventurée dans cette lecture avant un sacré bout de temps si je ne le faisais pas pour remplir un challenge ! 
Pour l'instant, je vais éviter de me prononcer tant je bouillonne... J'ai cru rêver quand j'ai lu les premières pages : des phrases entières sont des purs "copier/coller" de "Fascination". Certes, il s'agit d'une réécriture du premier tome de la saga "Twilight" mais à ce stade peut-on parler d'une nouvelle œuvre ?





La semaine passée, j'ai lu : 


Bien qu'il m'avait sévèrement fait de l’œil lors d'une visite à la librairie peu après sa sortie, j'avais résisté à la tentation... C'est sa réception en service-presse qui m'aura finalement permis de découvrir ce roman YA flirtant avec la mythologie. Une très bonne lecture pour commencer mes vacances ! La chronique arrivera dans la journée !






On ne sort pas indemne de cette lecture... Elle m'a tantôt glacée, tantôt choquée mais souvent touchée... Il est impossible de la qualifier de "belle histoire" tant le sujet traité est terrible, mais il est à classer parmi les romans qu'il est impossible d'oublier. Une perle qui est mon second coup de cœur de l'année.







* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?



jeudi 15 juin 2017

Nightfall, de J. Halpern et P. Kujawinski



Éditeur : PKJ.
Date de parution : 6 avril 2017
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 320
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Sur l'île de Bliss, quatorze années de Nuit vont bientôt succéder à quatorze années de Jour. 
Les habitants se préparent à abandonner leurs maisons, mais Marine, Kana et Liam ne croient pas aux légendes de leurs parents. Ils décident de rester dans le village. 
Alors que la Nuit les enveloppe, ils découvrent avec horreur qu'ils n'auraient vraiment pas dû... 
 


_______________________________

Ma note : 6/10

_______________________________

Mon   avis :

Et si la succession du Jour et de la Nuit n'était pas la même que celle que nous connaissons ? Et si nous vivions quatorze années de soleil pour sombrer dans quatorze années d'obscurité ? C'est cet étrange rythme auquel sont soumis les habitants de l'île de Bliss qui, après un cycle de Jour, voient le soleil décliner à l'horizon.
Alors que le crépuscule touche à sa fin et que le froid de la Nuit guette la côte, assombrissant les demeures et rendant la forêt plus inquiétante que jamais, tous se préparent à quitter l'île pour gagner les Terres Désertiques où ils resteront jusqu'au retour des beaux jours. Malheureusement, les préparatifs de leur départ ne se passent pas bien pour tout le monde et qu'arriverait-il si des personnes demeuraient sur l'île durant la Nuit ? 


Voici un roman que je n'avais absolument pas prévu d'acquérir, mais dont la quatrième de couverture a su éveiller ma curiosité avec son jeu sur le rythme nycthéméral ! Cette alternance, entre un Jour qui n'allait sans doute pas durer très longtemps puis une Nuit qui paraîtrait infinie à nos héros, m'a laissé penser que ce livre allait nous proposer un univers horrifique et j'adore ce genre de proposition... La curiosité l'a donc emporté sur l'étiquette "jeunesse".

La devise de ce livre pourrait être : faisons les choses vite, faisons les choses bien. En effet, dès les premières pages, point de répit ! On fait directement connaissance avec les personnages principaux, leur singularité et leur passé commun, notamment à travers les souvenirs d'un évènement qui les a marqués et qui aura une incidence cruciale par la suite. Entre Marine, Kana et Liam, chacun parvient à trouver sa place dans le trio. Kana est sans nul doute celui qui a le plus retenu mon attention et le seul que j'ai trouvé attachant, avec son caractère posé et son aveuglement pendant le jour qui disparaît une fois la nuit tombée. Ce personnage aurait pu être une ressource exceptionnelle de thèmes intéressants à traiter : celui de l'amitié - jouant sur son statut entre les deux autres héros, ami de l'un et frère de l'autre -, celui du handicap quand sa sœur devait le guider sous le soleil aveuglant, celui de la différence quand les changements surviennent et risquent de le laisser en marge,... Malheureusement, on reste en surface et le trio peine à gagner en profondeur. 

A mon sens, l'univers souffre du même mal. Sa présentation est intrigante. Avant que le Jour n'arrive à son terme et que les habitants rejoignent des bateaux qui les emmèneront sur les Terres Désertiques, tous s'emploient à ranger leur demeures de manière méthodique, en respectant des règles étranges sans savoir réellement pourquoi. On est avide d'en savoir davantage et c'est là où le bât blesse : nous n'aurons qu'une explication globale sans détails, même lorsque le puzzle se mettra en place plus tard. Il y a toutefois un bénéfice indéniable : ce flou crée rapidement une ambiance pesante qui ne fait que s'accroître une fois l'obscurité angoissante de la Nuit arrivée. La survie prend le dessus, les instincts également lorsque des bruits inquiétants se font entendre ou qu'une ombre se dessine à peine dans le flot de noirceur qui englobe l'île de Bliss. Le jeu sur la peur du noir, aussi vieille que l'humanité, frôle le frisson, même si on ne sombre jamais dans l'horreur. Personnellement, je n'ai jamais frémi durant ma lecture - je suis habituée à des récits bien plus terrifiants -, mais le public visé, plus jeune, y trouvera son compte.

Un rythme soutenu est conservé tout au long du roman, sans s'essouffler. Des chapitres courts et une écriture simple - trop épurée à mon goût - sont la clef de cette dynamique ponctuée de rebondissements qui n'en sont pas, tous terriblement prévisibles... Les particularités de chaque protagoniste et de l'univers ne sont pas suffisamment utilisées et, lorsqu'elles servent le déroulement de l'histoire, leur mise au premier plan est tellement évidente qu'elle gâche l'effet de surprise des révélations. Pas une seule ne m'aura fait hausser un sourcil : soit je suis trop perspicace, soit il y a vraiment un souci !

Quant à la fin, on n'aurait difficilement pu faire plus ouvert. Peut-être un second tome viendra-t-il nous éclairer sur la suite du voyage de nos héros. Après tout, nous savons si peu de choses sur les Terres Désertiques citées maintes fois qu'un nouvel opus pourrait mettre en lumière cette ailleurs au parfum de mystères.


En conclusion, ne vous aventurez dans "Nightfall" que si vous le faites en toute connaissance de cause et en acceptant de le prendre pour ce qu'il est : un roman jeunesse. S'appuyant sur des zones d'ombre et des peurs primaires pour flirter avec le genre de l'horreur sans jamais en franchir la frontière, ce récit fluide à l'atmosphère lourde plaira aux jeunes adolescents.




Points positifs :
  • Un univers avec une idée de fond séduisante qui aurait mérité d'être davantage exploitée.
  • Un trio équilibré.
  • Une lecture fluide.
  • Une histoire peu terrifiante, mais parfaite pour initier une lecture du genre chez des adolescents.

Points négatifs :
  • Des personnages trop peu fouillés, ce qui malgré des caractères initiaux prometteurs les rend lisses et banals.
  • Les zones d'ombre sont légion et participent à la fragilité de l'univers.
  • Absolument aucune once de terreur ou d'horreur comme peu le suggérer la quatrième de couverture. 
  • Un manque de profondeur global qui donne l'impression de rester en surface sans jamais toucher les thèmes essentiels dont les auteurs sèment pourtant les germes au fil des pages.




Ouvrage lu dans le cadre des Challenges de Mort Sûre




vendredi 9 juin 2017

Passionnés de fantasy, et si vous vous laissiez tenter par ce MOOC ?

Aujourd'hui, je vous propose un article un peu particulier: point de chronique ni de bilan de lecture à l'horizon et encore moins de challenge ! Ce dont je voudrais vous parler, c'est d'un MOOC que je suis depuis le début du mois dernier et qui est une mine d'or pour tous les adorateurs de fantasy. 

Mais, vous allez me dire, qu'est-ce que c'est donc qu'un MOOC ? Pour ceux qui ne connaissent pas cette merveille, il s'agit de l'abréviation utilisée pour désigner les formations en ligne ouvertes à tous et, la plupart du temps, entièrement gratuites. Excellent moyen de se cultiver tout en restant dans son salon, il en existe sur une multitude de sujets différents : sciences, économie, droit, histoire et même littérature ! Bref, la connaissance à portée de clic !

En apprenant que cette année se tiendrait la dernière session du MOOC fantasy, je n'ai su résister à faire partie du voyage. Entre les sagas "Harry Potter", "Le Seigneur des anneaux", "Narnia", "A la Croisée des mondes", mais aussi celle à la fois littéraire et télévisuelle du "Trône de fer", ainsi que tous les autres romans et innombrables séries de ce genre que j'ai dévorés, je ne pouvais pas passer à côté d'un approfondissement du sujet !

Ce sont des professeurs de l'Université d'Artois qui dirigent ce cours comptant cinq modules qui œuvrent à faire le tour de ce genre particulier et à en appréhender les origines ainsi que les mécanismes spécifiques. Vous étudierez donc son histoire, sa place dans les médias, les univers fantasy pour la jeunesse, le lien entre le moyen-âge et la fantasy et enfin la dark romance. 

En lectrice et cinéphile passionnée, je suis enchantée par la qualité  de ces cours, tout bonnement excellents ! De plus, allant du simple tour d'horizon généraliste aux cursus beaucoup plus spécialisés, les trois parcours proposés permettent à chaque participant d'adapter la formation à ses disponibilités.


Je vous laisse découvrir la bande-annonce de ce MOOC :




Alors, êtes-vous tenté de rejoindre cette quête ? 

Si tel est le cas, ne tardez pas ! Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 20 juin 2017 seulement.


lundi 5 juin 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°10]

Une nouvelle semaine qui commence une nouvelle fois par un jour férié. Même si celui-ci n'a pas vraiment été "littéraire", mais plutôt cinéphile - avec "Pirates des caraïbes : la vengeance de Salazar" devant lequel j'ai passé un bon moment, même si l'histoire était prévisible à souhait et trop artificielle avec sa volonté clairement affichée de se poser en blockbuster de fin de printemps (toutefois mention spéciale à Javier Bardem dont l'interprétation époustouflante m'a laissée scotchée) -, je ne résiste pas à l'envie de vous parler de mes lectures !



Mes lectures actuelles :



Voici une lecture qui ne correspond pas réellement au type de romans que j'ai l'habitude de lire, pourtant il me semble que j'avais besoin d'une parenthèse avec une lecture plus rude, percutante et douloureuse. Le thème abordé est clairement difficile : un jeune de dix-neuf ans assassine son père, mais cela ne s'arrête pas là. On nous emmène à l'origine de ce crime. Ce récit écrit avec tact interpelle et glace, j'arrive bientôt à la fin et je pense ne pas ressortir indemne de cette lecture.





La semaine passée, j'ai lu : 


Il m'aura fallu du temps pour enfin refermer ce roman qui me laisse une impression en demi-teinte... J'ai beaucoup apprécié le sujet qui a bénéficié d'un soin particulier dans l'écriture. Touchée par l'histoire de cette héroïne forte et attachante qu'on apprend à connaître au fil des pages, il m'a néanmoins manqué un petit quelque chose pour réellement savourer ce récit original.







Après "Avengers : La séparation" et  "House of M", j'ai donc continué mon aventure dans "Civil War" ! Je suis actuellement au tome 2 et l'article de présentation de l'univers des comics verra donc le jour à la fin de ma lecture de ce crossover !









* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?

vendredi 26 mai 2017

Calendar girl - tome 1 : Janvier, de Audrey Carlan



Éditeur : Hugo & Cie
Date de parution : 5 janvier 2017
Public visé : Adulte
Nombre de pages : 154
Prix : 17,90 euros

Quatrième de couverture :  
Mia vit seule avec son père et sa petite sœur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de dollars, qu’il perd et ne peut rembourser.
Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit ainsi assumer la dette de son père sous peine que sa petite sœur et elle subissent le même sort.
Un contrat mensuel de 100.000 dollars : elle deviendra escort girl. Suivez les aventures de Mia chaque mois, découvrez avec elle une nouvelle ville, une nouvelle vie et un nouvel homme...
 


_______________________________

Ma note : 5/10

_______________________________

Mon   avis :

La vie de Mia bascule le jour où son père se retrouve dans le coma. Croulant sous une dette qu'il ne pouvait rembourser, le prêteur sur gages auquel il était redevable l'a expédié à l'hôpital et menace de faire de même avec sa fille si elle ne trouve pas un moyen de rembourser tout l'argent dû ! Mia n'a alors d'autre choix que de se résoudre à contacter sa tante qui dirige un commerce un peu spécial : des femmes sont "louées" par de riches hommes pour une durée d'un mois. Ce qu'on leur demande ? Rien de répréhensible, ni d'illégal ! Simplement les faire profiter de leur compagnie, répondre à des exigences de présentations publiques... Le "plus si affinités" est au bon vouloir de la demoiselle... Afin de gagner assez d'argent pour régler ses dettes, Mia s'embarque donc dans une aventure d'un an : un mois, une ville, un homme...


Autant l'annoncer tout de suite, je ne lis jamais ce genre de romances new adult ! Si les lapsus d'achat existe, alors l'acquisition de ce livre en fait partie. La couverture, tout comme la quatrième, aurait pourtant dû me mettre sur la voie, mais j'en ai totalement fait abstraction. Au lieu de cela, la seule idée d'une série de roman avec une parution mensuelle m'a totalement aveuglée, séduite et j'ai succombé. Grand mal m'en a pris !

Dans ce roman, nous suivons Mia : une jeune femme qui souhaite plus que tout devenir comédienne et qui va être obligée de s'embarquer dans une folle aventure d'une année pour éponger les dettes de son père. J'ai réellement apprécié cette héroïne qui a du caractère, n'hésite pas à prendre les choses en main et plutôt ambitieuse. S'il n'y avait eu que cela, elle aurait pu être le personnage presque parfait... Toutefois, elle a la volonté d'une huître - excusez-moi pour elle - : ce qui pour moi est un défaut rédhibitoire ! Alors qu'elle est devenue escort-girl uniquement pour se sortir de ses embrouilles et se promet qu'elle ne craquera pour aucun des douze hommes qu'elle rencontrera au cours de sa folle année ou bien consciemment, la voilà qui bave à la seconde où elle aperçoit le premier...

Et c'est là qu'on tombe dans tout ce que je déteste... Le niais à souhait ! La nana qui a l'écume aux lèvres à chaque fois qu'elle entrevoit ne serait-ce qu'une parcelle de ses abdos - je vous passe la scène de leur rencontre qui sonne tellement comme un film hollywoodien bon marché que j'ai été prise d'un fou rire -, qui le lorgne presque avec un regard lubrique, qui se pose des questions existentielles sur son célibat,... Je ne vous dis même pas combien de temps aura tenu sa résolution ne pas se glisser dans le lit de ce premier mec : c'est pitoyable.

Bien sûr, j'entends d'ici les critiques qui me diront que je n'ai rien compris, qu'ici et, comme dans la plupart des romans new adult, on n'est pas dans de la romance mais du sexe et que notre chère Mia a donc le droit de faire ce qu'elle veut de son corps, que c'est également ça s'assumer en tant que femme, etc... En réalité, je suis d'accord avec cette vision des choses où chacun fait ce qui lui plait : toutefois vous admettrez que pour une demoiselle présentée comme ayant un caractère haut en couleurs,  indépendant et fort, sa belle volonté de fer vole vite en éclats !

Néanmoins, vous me direz que c'est la faute de son premier client. Jeune scénariste, charismatique, fortuné, surfeur, beau gosse,... Cliché ? Vous avez dit cliché ? Tous les mecs ne sont pas comme ça, vous êtes sûrs ? Et zut ! Bon allez, je vous le confirme : tout à son propos est cliché à souhait ! C'est un des autres points qui m'a largement hérissée car, si je comprends qu'on veuille nous vendre "du rêve" - bien que, personnellement, ce ne soit pas ma tasse de thé ce genre de profil aseptisé - à nous, petites lectrices qui désirons le prince charmant avec carte platinum, il faut juste arrêter de nous prendre pour des quiches !

Enfin, le thème des escort-girls est très mal traité, sans aucune profondeur. Cela aurait pu être tellement plus intéressant de découvrir quelle est la vie des femmes qui pratiquent cette profession, ce qu'elles y trouvent et comment elles le ressentent... Les préjugés s'en sont cependant mêlés : les scènes sexuelles crues sont tellement à la mode depuis "Cinquante nuances de Grey" que cette série a préféré s'inscrire dans cette lignée en éclipsant tout le reste. C'est bien dommage.

Je terminerais avec un petit mot sur la plume de l'auteur : elle est simple, fluide, plutôt plaisante. C'est sans doute ce qui m'a permis de lire ce roman rapidement même si le fond m'agaçait. Il n'y a que les dialogues qui m'ont arraché une moue réprobatrice, les surnoms injurieux entre copines, je n'en suis pas fan : ça ajoute un côté vulgaire à Mia dont elle se serait parfaitement passée vu tout le reste...


En résumé, le concept de cette saga est intéressant : un livre par mois avec une histoire qui s'inscrit dans une continuité, c'est novateur et fidélisant pour les lecteurs ! Cependant, je n'ai pas réussi à adhérer à ce roman qui est un inventaire de clichés tous plus énormes les uns que les autres. L'héroïne n'a pas aidé, avec son comportement si faible devant la gente masculine qui a été la goutte qui m'a décidée à ne pas poursuivre l'aventure. 
A ce sujet, je n'ai pu m'empêcher de jeter un coup d’œil à la suite parue en février - sans l'acheter parce que je n'aurais pas signé pour une nouvelle lecture avec Mia -, et rien que la quatrième de couverture promet de dépeindre un nouveau préjugé : son prochain craquage en tant qu'escort-girl sera donc un français, artiste peintre, désirant faire d'elle sa muse. Désespérant !




Points positifs :
  • Le concept d'un livre publié par mois, pendant un an ! Une véritable nouveauté dans le monde de l'édition.
  • Le thème des escort-girls qui change du classique roman new adult à la sauce sadomasochiste.

Points négatifs :
  • Une héroïne agaçante et finalement bien faible...
  • Des clichés, des clichés et encore des clichés !
  • Des scènes de sexe presque vulgaires de la manière dont elles sont décrites !



Ouvrage lu dans le cadre des Challenges de Mort Sûre






lundi 22 mai 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°9]

Après avoir réussi mon challenge à 500 pages de lecture en une semaine, j'ai continué mes aventures avec un roman contemporain et quelques comics !



Mes lectures actuelles :

Il est sur ma table de chevet depuis deux semaines déjà. Est-ce le côté redondant inévitable dû aux troubles mnésiques de Flora qui a doucement eu raison de mon enthousiasme ? Peut-être. J'avoue avoir hâte d'arriver au bout.









Je vous ai promis un article sur les comics, croyez-le il n'est pas tombé aux oubliettes ! Simplement, après avoir dévoré une nouvelle fois la série des "Ms. Marvel", j'ai préféré me plonger dans les crossovers les plus marquants de ces dernières années pour pouvoir me rédiger par la suite un article de qualité. Après "Avengers : La séparation" et  "House of M", me voici donc en pleine "Civil War" !







La semaine passée, j'ai lu : 
 

Relecture de la série complète de "Ms. Marvel" et la conclusion est toujours la même : j'apprécie beaucoup même si des détails continuent de me chiffonner... Je ne suis pas encore certaine de faire une chronique particulière sur ces comics, mais une chose est sûre je la mettrai en avant lorsque je tenterai de vous convaincre de la facilité d'entrer dans l'univers des comics !









* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?

lundi 8 mai 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°8]

Force est de constater que les week-ends prolongés font un bien fou à ma PAL ! Il faut également reconnaître que la qualité du roman que j'ai lu, non que dis-je, dévoré cette semaine a largement participé à cette avancée dans mes objectifs !

La semaine à venir ne s'annonce pas moins littéraire ! En effet, je me suis embarquée pour un nouveau challenge de la semaine à 1000 et, même si je ne suis inscrite que pour 500 pages - soyons raisonnable -, je compte bien en profiter pour épurer la liste des bouquins qui m'appellent, telles des sirènes avides de faire succomber mon âme de lectrice !


Mes lectures actuelles :

Il m'a fait de l’œil alors que j'étais partie simplement faire mes courses - pourtant je sais bien que m'aventurer au rayon librairie est un pari risqué -, je ne sais à quoi m'attendre avec sa quatrième de couverture construite presque comme une énigme. Une lecture mystérieuse et touchante, je ne souhaite rien de plus.







C'est une série de comics que j'ai déjà lue et que j'ai beaucoup appréciée jusqu'à présent. A l'occasion de la parution le mois dernier du cinquième tome de "Ms. Marvel" (regroupant à nouveaux plusieurs comic books : #7-12), l'envie de redécouvrir les débuts de notre nouvelle Miss Marvel m'a saisie ! 

Ce sera également pour moi l'occasion de vous préparer un petit article au sujet des comics, trop souvent considérés à tort comme faisant partie d'un univers complexe et accessible seulement par des initiés !




La semaine passée, j'ai lu : 
 
Ce roman est mon premier coup de cœur de l'année. La plume de l'auteur est vraiment splendide et agréable à lire. L'histoire en elle-même est équilibrée entre  jeux de pouvoir et romance tout en finesse. Les personnages sont la cerise sur gâteau : attachants et ayant une réelle profondeur, ils évoluent au cours du récit sans pour autant renier leurs origines. Une superbe lecture ! 💗






* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?

dimanche 7 mai 2017

Une nuance de vampire, de Bella Forrest



Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
Date de parution : 25 mars 2016
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 280
Prix : 9,48 euros

Quatrième de couverture :  
Le soir de son dix-septième anniversaire, Sofia Claremont est engloutie dans un cauchemar duquel elle n'arrive pas à se réveiller. Lors d'une paisible promenade nocturne sur la plage, elle tombe face à face avec une dangereuse créature blafarde, assoiffée de bien plus que son sang.
Sofia est prise en otage et emmenée à l'Ombre, une île d'où les rayons du soleil ont été bannis à jamais. Une île n'apparaissant sur aucune carte, régie par le clan de vampires le plus puissant de la Terre. Elle se réveille là, captive, esclave enchaînée.
La vie de Sofia prend un tournant exaltant et terrifiant lorsqu'elle est choisie parmi des centaines de jeunes filles pour aller vivre avec Derek Novak, le sombre prince royal, dans son harem juché au sommet des arbres.
Malgré sa soif obsessive de pouvoir et du sang de Sofia, celle-ci comprend vite que l'endroit le plus sûr de l'île est dans ses quartiers, et qu'elle doit tout faire pour le conquérir si elle veut survivre une nuit de plus.
Réussira-t-elle ? Ou bien est-elle destinée au même sort que celui subi par toutes les autres jeunes filles tombées aux mains des Novak ?
 


_______________________________

Ma note : 2/10

_______________________________

Mon   avis :

Victime d'un kidnapping, Sofia est emmenée sur une île secrète, l'Ombre, où un clan de vampires survit loin du monde des humains et des chasseurs qui les pourchassent. D'abord entravée dans une prison austère, elle est finalement choisie par le prince Derek Novak pour devenir l'une des humaines de son harem. Une simple phrase aura suffi à faire basculer son destin, un destin teintée d'attirance entre le bourreau et sa prisonnière.


Comment parler de ce roman sans que mes propos ne construisent une critique presque purement négative... J'ai tenté d'élucider cette énigme pendant plusieurs semaines et je dois bien me rendre à l'évidence, c'est tout bonnement impossible. En effet, si je me suis aventurée dans les pages d' "Une nuance de vampire", c'était essentiellement suite aux nombreux avis positifs que j'ai pu trouver sur un site web marchand très connu et dont je me demande à présent s'ils sont réels tant mon avis personnel contraste avec leurs louanges... Certes, je ne m'attendais pas à de la grande littérature, mais j'imaginais tout de même autre chose que ce qui se trouvait dans ces pages...

"Une nuance de vampire" a été mon premier roman lu cette année, le premier aussi depuis longtemps dont j'ai failli stopper net la lecture. En effet, dès les premières pages, le style pauvre aux formes syntaxiques plus que tarabiscotées m'a laissée sans voix. Obligée de relire certains passages plusieurs fois pour en saisir le sens, le début a été laborieux : je me suis néanmoins accrochée dans un espoir fou de voir les choses s'améliorer et, surtout, car je souhaitais découvrir l'histoire qu'on m'avait vendue en quatrième de couverture.

Même si le récit finit par nous y porter assez rapidement, je n'ai pas réussi à me laisser entraîner dans l'univers que tente en vain d'instaurer l'auteur. La première raison à ce drame ? Les personnages eux-mêmes : censés construire l'intrigue, ils ne sont que de pâles protagonistes sans émotion ni couleur. Sofia, adolescente en mal d'amour, peine à sonner juste : certaines de ses réactions m'ont tant interpellée par leur invraisemblance que j'ai failli lâcher ce roman par manque de cohérence ! En effet, même si le fait de subir les évènements pourrait être justifiable, il l'est bien moins qu'elle n'éprouve presque aucune peur - ou alors avec une crédibilité nulle -, ne se pose aucune question sur ses bourreaux pourtant très étranges,... Niveau cohérence minimale requise, on repassera !

Une fois le personnage de Derek introduit, les chapitres alternent entre les points de vue de ce prince vampire et de Sofia, devenue sa propriété. A ce moment de l'histoire, j'ai été prise d'une bouffée d'espoir. Un peu plus convaincant dans son rôle - même s'il demeure des scènes très convenues, comme la raison pour laquelle il choisit Sofia -, l'écriture m'a parue plus soignée dans les chapitres qui lui étaient dédiés. Malheureusement, je n'ai pas réussi à m'attacher à lui.

Enfin, parlons de l'ambiance générale qui émane de ce récit... La volonté de mêler la saga "Twilight" à la plus récente "Cinquante nuances de Grey" est clairement décelable. Même si je ne suis pas une grande fan des livres estampillés "New romance" ou encore de la "Bit lit", j'étais curieuse de voir ce qui pouvait naître d'une telle rencontre : si cela avait été fait avec tact, je ne doute pas que le mélange aurait pu être détonnant ! Cependant, à part des allusions sur les regards insistants et empreints de luxure de certains vampires - qui passent donc pour des pervers - et l'obsession agaçante de Sofia pour la lingerie, on reste perplexe. On sent que l'auteur marche sur des œufs, qu'elle n'ose pas aller au bout de son idée pourtant énoncée très tôt dans le roman : rien ne nous est caché du sort normalement réservé à Sofia en intégrant le harem de Derek... Tout ce qu'on en retiendra, c'est une envie ratée de surfer sur la vague de deux sagas à succès !

S'inscrivant dans une saga qui compte actuellement seize tomes, inutile de vous dire que, vu mon ressenti - ou justement l'absence de toute émotion pendant ma lecture -, je ne lui laisserais pas de seconde chance : après une saveur si âpre, je me refuse à lire une nouvelle nuance de peur qu'elle soit aussi terne que la première !


Au final, je suis sortie de cette lecture comme je serais sortie d'un marathon : lessivée et dépitée - imaginez ma forme sportive ! -, mais sans la dose d'endorphine qui aurait rendu le tout plaisant ! Ce livre a été une succession d'invraisemblances, de répétitions et son évolution stagnante n'a pas su réveiller mon intérêt... Sa lecture n'aura rien su me faire ressentir : enfin, si ce n'est l'envie pressante de tourner la dernière page pour passer rapidement à autre chose !




Points positifs :
  • L'idée générale de départ... Même si elle est malheureusement éclipsée par le manque de construction de l'univers et des personnages.

Points négatifs :
  • Une sensation de lire un roman uniquement écrit pour surfer sur la vague commerciale de "Twilight"/"Vampire Diaries" dans un combiné avec "Cinquante nuances de Grey".
  • Un univers insuffisamment développé. 
  • Des personnages sans saveur et peu crédibles, archétypes parfaits des rôles qui leur sont assignés.
  • Un style pauvre, comprenant des tournures syntaxiques parfois étranges qui rendent la lecture peu agréable. Des erreurs orthographiques sont également fréquemment notables. De même, les répétitions sont légion : ce qui abaisse encore la qualité globale.
  • Aucune surprise dans la trame narrative.




Ouvrage lu dans le cadre des Challenges de Mort Sûre







lundi 1 mai 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°7]

Ce début d'année n'est décidément pas simplement pour la parution des chroniques, mais je dois admettre qu'en catimini j'ai voyagé à travers bien des ouvrages dont vous découvrirez mes avis dès les semaines à venir.


Ma lecture actuelle :

"The Curse" est un ouvrage dont j'ai largement entendu parler avant même sa sortie en France, via des booktubeuses anglaises. Impossible donc de résister à sa parution, surtout avec sa superbe couverture aux éditions Lumen...
Pour l'instant, Kestrel et Arin m'ont conquise et emportée dans leur monde aux accents d'époque romaine. Associé à la plume au style travaillé de Marie Rutkoski, c'est un délice que mon esprit gourmand s'efforce de ne pas dévorer d'une traite. Qui sait, le coup de cœur n'est peut-être pas très loin ? 





La semaine passée, j'ai lu : 
 
Même si ce roman a été trop plat pour moi qui apprécie l'horrifique, il s'est révélé être une lecture divertissante et sans complication. Une lecture à conseiller aux adolescents qui souhaitent aborder le genre de l'épouvante avec douceur.








* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?


vendredi 17 mars 2017

Nouvelles d'un myrien : les sang-mêlés, de Sandra Moyon



Éditeur : Anyway Editions
Date de parution : 31 octobre 2016
Public visé : Young adult
Nombre de pages : 302
Prix : 15,90 euros

Quatrième de couverture :  
La vie n'est qu'une injustice. 
Je me suis longuement interrogé sur les raisons qui faisaient que nous ne partions pas tous, dès notre venue au monde, avec les mêmes chances ainsi que les mêmes opportunités. Qu'est-ce qui fait que, parce que nous naissons différents des plus forts, nous nous retrouvons condamnés aux pires desseins ? 
Pour ma part, je suis myrien et depuis le commencement de ma pénible vie, j'ai été enchaîné à une vois que je n'ai pas choisie. Les sorciers ont-ils déjà pensé qu'aucun myrien n'avait souhaité naître myrien ? 
La scélératesse du monde me révolte et m'accable un peu plus chaque année qui passe. On m'a appris alors que tout m'était encore inconnu, que je n'avais pas le choix, que mon destin était tracé de bout en bout et que je devais me contenter de l'accomplir, sans discuter. 
J'aimerais que le destin puisse être de chair et de sang, ainsi j'irais à sa rencontre et je lui demanderais pourquoi il se complaît à se jouer de nous. 
 


_______________________________

Ma note : 8/10
_______________________________

Mon   avis :

Après la Grande Guerre, cette folle guerre, les sorciers sont devenus le peuple dominant. Les elfes ont été éradiqués et tous leurs pouvoirs perdus. Quant aux myriens dont l'existence est le fruit de l'ancienne union des elfes et des sorciers, ils ont payé le prix de leur sang mêlé en devenant les esclaves des vainqueurs : privés de leurs dons dès leur plus jeune âge par un sortilège de scellement, ils ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils étaient. Luhan est l'un d'eux, conjuguant sa vie de simple esclave et de perle rare avec ses yeux rouges. A la fois servile et dévoré par un désir de liberté, il est au service d'une famille de sorciers influente et réputée. L'attendait une vie parfaitement orchestrée et dont le déroulement aurait dû être écrit : naître, servir, mourir. Pourtant, Luhan sera bientôt entraîné vers un avenir qui le dépasse...


Avant toute chose, je tenais à remercier les Anyway Editions et le forum Mort Sûre pour m'avoir permis de recevoir ce roman en service-presse et d'avoir ainsi pu découvrir un univers fantasy dans lequel j'ai pris un grand plaisir à m'aventurer.


"Nouvelles d'un myrien - Les sang-mêlés" est le premier tome d'une saga fantasy, estampillée young adult. La quatrième de couverture, suffisamment travaillée pour susciter ma curiosité, m'avait intriguée par ton texte particulièrement soigné : quoi de plus plaisant que de réaliser qu'il s'agissait d'un extrait et que cette agréable plume allait nous accompagner tout au long de notre lecture !

En effet, s'il y a bien un point à mettre en exergue, c'est la formidable plume de l'auteur. D'une douceur poétique, elle sait nous faire voyager dans l'esprit de son personnage principal, nous faire partager ses pensées avec une aisance émouvante et cela qu'elles soient sombres ou pleines d'espoir. On s'attache alors à lui avec une facilité déconcertante, malgré son jeune âge qui m'avait inquiétée en début de lecture.

Il est vrai que Luhan, le narrateur, n'est pas bien imposant du haut de ses quatorze ans. Il est gauche, naïf, docile et quelque peu rêveur... Au final, Luhan est un gamin comme n'importe quel autre, qui se nourrit d'idéaux en souhaitant une liberté qui n'est qu'un vague espoir. D'abord très passif vis-à-vis de sa situation de servitude, on perçoit que les événements qu'il va vivre vont le faire grandir, évoluer : cette progression se fait sentir dès ce premier tome où elle s'effectue avec finesse, sans nulle précipitation - entraînant toutefois quelques longueurs -, ce qui ajoute à l'impression d'authenticité qui en émane.

Comme un voyage initiatique, nous découvrons une grande partie de cet univers grâce aux péripéties de Luhan. Bien entendu, les bases sont posées dans les premiers chapitres, notamment avec un prologue qui nous présente l'histoire de ce monde empli de magie à travers une évocation claire et concise de la Grande Guerre, de ses origines finalement si classiques - l'avidité de pouvoir - et des conséquences irrémédiables auxquelles ce genre de conflit finit toujours par mener. Rien de bien original en somme, mais cela n'en demeure que plus convaincant. Les chapitres suivants m'ont parfois paru un peu longs, trop linéaires, et j'admets avoir commencé à désespérer de voir surgir l'élément qui allait faire voler en éclat l'apparente routine de Luhan, ponctuée de souvenirs et d'anecdotes destinées à nous faire découvrir toutes les particularités de cet univers.

Le rythme du roman reste néanmoins un peu trop en dents de scie à mon sens. Le manque d'action m'a parfois rendue dubitative, me faisant délaisser ma lecture pendant plusieurs jours. Toutefois, les rebondissements ont été placés aux moments opportuns et ont ainsi su raviver à chaque fois mon intérêt de lectrice. Cependant, ce déroulement lent revêt une qualité indéniable : nous ne nous retrouvons jamais submergé sous une vague d'informations, ni sous le flot des personnages secondaires qui font leur apparition tout au long de ce tome.

A leur sujet et même si mon coup de cœur reste Luhan pour sa singularité de héros loin des archétypes habituels, j'ai réellement aimé chacun des autres protagonistes que nous rencontrons. Lynn a cette sensibilité sauvage qui marque, Lucille cette attention maternelle touchante, Sébastian cette résignation révoltée qui nous questionne,... Chacun permet un apport unique, un point de vue qui va permettre à notre jeune héros de se construire et de gagner en maturité ! Ainsi, même les sorciers sont marquants : les Denoir, pour ne citer qu'eux, m'ont beaucoup plu avec leur profond élitisme menant à ce violent mépris des myriens surtout exprimé par le patriarche, qui se pose en figure d'autorité impressionnante. Dans son rôle d'antagoniste, le peuple des sorciers a amené cette dose de noirceur, de cruauté parfois, que j'attendais d'un roman qui met en scène une société esclavagiste.

Ce thème est d'ailleurs plutôt bien traité ! J'avoue avoir eu quelques réticences au début de ma lecture, alors que Luhan oscillait entre révolte interne contre sa condition et fascination inavouée pour ses maîtres. En réalité, soyons honnêtes, il m'a alors profondément exaspérée et l'envie de le secouer m'a vite gagnée ! Pourtant, cette ambivalence est justifiée par son jeune âge et est très bien exploitée au final, s'étiolant au fil des événements marquants auxquels Luhan va être confronté. Le point de vue interne joue un rôle prépondérant dans le traitement de cette thématique : nous développons une empathie forte pour Luhan grâce à son caractère ingénu. Les horreurs qu'il nous conte par la suite, lorsqu'il réalise que les rumeurs à propos des traitements infligés aux autres myriens, ne peuvent que nous heurter puisque c'est à travers ses yeux d'adolescent émotif et désemparé que nous assistons à l'effondrement de ses repères. Nous réalisons aussi que la révolte que nous attendions de sa part est loin d'être aisée, ce qui est soutenu par les différents points de vue exposés par les personnages qui gravitent autour de lui et qui alimentent la réflexion. Cette mosaïque nous révèle une dure vérité : placé dans une situation inhumaine, chacun lutte à sa façon pour conserver son humanité...

Enfin, même si tous les ingrédients de la fantasy sont présents et maîtrisés, l'annonce de la prophétie m'a vraiment déçue ! A force de trop d'exploitation de ce levier dans diverses sagas, elle est devenue à mes yeux un moyen trop évident de déclencher les questionnements existentiels du héros et de le placer sur le chemin de la réalisation de sa destinée.



En conclusion, c'est un premier tome avec une saveur d'introduction que nous offre Sandra Moyon pour sa saga "Nouvelles d'un myrien". Elle pose les éléments fondamentaux de sa quadrilogie avec un tact et une fluidité qui nous permettent d'intégrer les règles et les particularités de son univers fantasy tout en douceur. Cette même force est également à mon sens la principale faiblesse de ce roman qui aura peiné à trouver un rythme suffisamment soutenu pour déclencher le coup de cœur. Néanmoins, j'espère que les prochains tomes effaceront cette impression pour nous faire progresser aux côtés de Luhan avec un dynamisme plus prompt à nous immerger dans ce qui s'annonce comme une bataille pour le plus précieux des biens : la liberté.


Points positifs :
  • Un narrateur très humain pour lequel on n'a aucun mal à développer un sentiment d'empathie. 
  • Un univers étoffé, dont on perçoit la structuration soignée et l'attention apportée à la construction de chaque protagoniste. 
  • La plume de l'auteur, à la fois fluide et poétique.

Points négatifs :
  • Un roman qui revêt un goût d'introduction. 
  • Un rythme trop inconstant, souffrant de longueurs.
  • L'éternelle prophétie dessinant la toile de fond du récit.




Ouvrage comptant pour les Challenges de Mort Sûre










lundi 20 février 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°6]

Cela fait un peu trop longtemps que je suis restée inactive ! Toutefois, pas d'inquiétude : cette pause blogesque n'a pas signifié pause livresque et c'est donc avec plaisir que je tenterai d'écrire une ou deux chroniques cette semaine afin de vous faire partager mes lectures de janvier.


Ma lecture actuelle :

J'ai reçu le roman "Nouvelles d'un myrien" de S. Moyon dans le cadre d'un service presse. Son résumé m'a séduite et je dois admettre apprécier le style de l'auteur pour l'instant. Après mes deux dernières lectures qui m'avaient déçue, c'est plutôt une bonne surprise !










La semaine passée, j'ai lu : 

Allez, j'assume... Ce roman était une erreur d'achat. Habituellement, je ne lis jamais de new romance/new adult parce que ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Là, j'ai été attirée par le concept 1 roman = 1 mois et je n'ai pas saisi l'histoire avec la quatrième de couverture très succincte. Bien mal m'en a pris ! Néanmoins, l'écriture fluide de l'auteur m'a permis de le finir et j'essayerai d'en faire une chronique dans les jours à venir.






* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?


lundi 16 janvier 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°5]

Après une semaine sans nouvelle de ma part, me voici de retour avec de nouvelles lectures !


Ma lecture actuelle :


Voilà, c'est fait ! "Esprit d'hiver", de L. Kasischke, est enfin sur ma table de chevet prêt à me faire frissonner de froid et de peur sous ma couette ! Les premières pages m'ont d'ores et déjà plongées dans l'angoisse du huit clos et des pensées obsédantes de la narratrice. Désormais, il ne me reste plus qu'à me laisser happer par le froid glaçant de l'hiver.




Mes lectures prévues cette semaine : 

Alors petit blanc à ce sujet car, étant donné la semaine chargée qui m'attend, je ne suis pas certaine de parvenir à commencer un nouveau roman avant lundi prochain. Si c'est le cas, nul doute que je piocherai dans ma PAL dont vous pouvez trouver la composition dans l'onglet correspondant.

Par ailleurs, j'attends avec impatience de recevoir le tome 1 de "Nouvelles d'un myrien" de S. Moyon pour un service presse via le forum Mort Sûre.



La semaine passée, j'ai lutté pour terminer sa lecture : 

Une seule question me reste après la lecture de ce roman : comment peut-il avoir autant d'avis positifs sur Internet (babelio, amazon, etc) ?! Sans mentir, c'est le seul mystère présent autour de ce bouquin qui mériterait d'être élucidé ! "Une nuance de vampire", de B. Forrest, ne m'a clairement pas laissée indifférente, malheureusement pour lui pas dans le bon sens du terme... Entre les tournures de phrases étranges, les défauts de concordance des temps et les personnages aussi insipides que l'intrigue inexistante, je ne sais quoi en dire qui ne serait pas négatif. Je pense attendre encore quelques jours avant de rédiger ma chronique pour essayer de laisser le temps à mon ressenti de s'apaiser, mais je crains que cette nuance à la saveur amère ne finisse dans mes flops de l'année 2017. Plutôt triste comme destin quand on sait qu'elle vient tout juste de commencer... L'avantage est qu'après avoir lu ce livre, je suis presque sûre de ne pas pouvoir tomber sur pire !




* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?


mardi 3 janvier 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [n°4]

Une nouvelle semaine commence et avec elle de nouveaux horizons de lecture...


Ma lecture actuelle :

"Une nuance de vampire", de B. Forrest, m'a interpellée à cause de l'impressionnant nombre d'avis positifs que j'ai pu trouver à son sujet. Après les fantômes, j'avais besoin de ma dose de créatures surnaturelles et les vampires semblaient être une option tentante. Néanmoins, ce livre m'a fait déchanter dès les trente premières pages au point d'avoir songé à stopper ma lecture... Pour l'instant je m'accroche en espérant qu'ils sortent enfin les crocs même si je n'espère pas devenir mordue de cette lecture !



Mes lectures prévues cette semaine : 

A croire qu'il ne veut pas quitter ma PAL... "Esprit d'hiver", de L. Kasischke, est toujours programmé... Qui sait, cette semaine sera peut-être la sienne !







La semaine passée, j'ai frissonné avec : 

"Fille des cauchemars", de K. Blake, a été ma lecture de vacances ! Avec son aspect macabre, il contrastait suffisamment avec l'ambiance festive de cette période de l'année pour me tenter. J'en ai beaucoup apprécié la lecture (cf. ma chronique) et je ne peux que vous le recommander si vous êtes fan de ce genre d'histoire hantée. Pour ma part, j'attends avec impatience la sortie du second tome en version poche pour continuer cette série.





J'ai enfin fini "L'oiseau des neiges", de T. Rees ! Une belle histoire, même si je regrette son côté trop prévisible. 






* * *
 Et vous, que lisez-vous ce lundi ?